• Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

Dans votre opinion, est-ce que l'intention majeure de Jack Lang tait-elle de dmocratiser la culture pour la rendre accessible tous ?

Extracts from this document...

Introduction

Dans votre opinion, est-ce que l'intention majeure de Jack Lang �tait-elle de d�mocratiser la culture pour la rendre accessible � tous ? R�f�rez-vous � des diff�rentes notions de la d�mocratisation culturelle et utilisez des exemples concrets de la politique culturelle des 2 mandats langiens pour �tayer votre argument. La d�mocratisation de la culture a toujours �t� un des th�mes majeurs du minist�re de la culture. En effet, pendant les nombreux d�bats sur la question " Faut-il un minist�re de la culture ? ", l'argument du ministre du jour est souvent fond� sur le besoin continuel de d�mocratiser la culture. Pourtant, depuis la cr�ation du minist�re en 1959, on a vu un changement consid�rable de la definition de la d�mocratisation culturelle. Il est donc important d'�valuer la d�mocratisation sur des crit�res th�oriques, mais aussi sur les politiques des autres ministres de la culture pour bien comprendre les actes du Jack Lang. Dans cet essai, une mesure sera consid�r�e comme un acte de d�mocratisation si elle satisfait un des crit�res suivants, qui poursuivent l'analyse de Looseley. Cr�ation : Une mesure qui stimule la cr�ation professionnelle et/ou amateur dans un secteur traditionnel ou non traditionnel. Diffusion : Une mesure qui aide la diffusion de la culture � la plus vaste audience. Formation : Une mesure pris pour assurer la disponibilit� de l'enseignement des mati�res culturelles � chaque citoyen fran�ais. Accessibilit� : Une mesure qui aide � la suppression des barri�res g�ographiques, financi�res et sociales a l'expression et l'appr�ciation culturelle. Une politique de d�mocratisation d'un ministre doit inclure une gamme de mesures qui aborde tous ces crit�res pour �tre reconnue comme une vraie politique de d�mocratisation. Le minist�re de la culture duquel Jack Lang est devenu ministre en 1981 avait 22 ans. Pendant ces 22 ans, le minist�re a connu deux p�riodes distinctes de la politique culturelle. La premi�re, de 1959 � 1969, �tait sous la tutelle d'Andr� Malraux. ...read more.

Middle

� la DDC. Le clivage entre leur ambition et leur pouvoir administratif touchait consid�rablement le r�le de la DDC. Aussi bien que le manque de pouvoir, la DDC �tait endommag�e par la d�t�rioration du rapport entre Jack Lang et Dominique Wallon, le chef de la DDC. Wallon consid�rait que le r�le de la DDC �tait de promulguer une politique qui pr�nait le travail �ducatif � long terme, alors que Lang croyait que la DDC devait se comporter comme " une direction d'innovation9 " et d'�tre un " r�servoir10 " pour son budget nagu�re doubl�. Apres une expansion initial, la DDC subissait un recul continuel de son budget, et elle a �t� abolie par Fran�ois L�otard en 1986, bien qu'il ne soit pas certain si Lang l'aurait pr�server, car il a d�clar� son regret ne pas avoir " redistribu� le budget de la DDC en 1985, puisqu'il aurait �t� pr�serv� plus efficacement par les artistes11 ". Cette assertion semblerait confirmer l'avis de Robert Abirached, chef de la DTS, que " Pour Jack Lang, c'est la cr�ation qui est au centre de tout. Il se veut ministre des arts et des artistes12 " Pendant que de nombreuses mesures ont �t� prises pour aider la cr�ation professionnelle pendant les deux mandats langiens, l'abolition de la DDC et le FIC ont signifi� que le d�veloppement culturel, tellement important en 1982 et essentiel pour la democratisation culturelle, n'�tait repr�sent� que par une sous-direction � partir de 1986. En plus, la montant du budget minist�riel consacr� au d�veloppement culturel a baiss� de 12,1% en 1982 � 6,2% en 1986. Pendant les premi�res ann�es du minist�re de la Culture sous Lang, il a d�velopp� le r�le minist�riel dans les industries culturelles, et il a donn� reconnaissance minist�rielle aux arts populaires. Le minist�re a adopt� un mot � la mode, d�cloisonnement, qui signifiait la d�molition des barri�res culturelles entre les diff�rents secteurs. ...read more.

Conclusion

ceux pour la diss�mination de la haute culture18 " Malgr� l'attention du minist�re � la d�mocratisation dans un sens des ann�es 80, le financement culturel suivait un mod�le malrucien, qui priorisait la cr�ation professionnelle et la diffusion. Pendant que les f�tes ont beaucoup fait pour la popularit� du minist�re , elles ne sont que �ph�m�re , et elles ont �t� critiqu�s par Michael Schneider " l'enseignement, pas la festivit�, est la seule fa�on d'assurer l'�galit� d'acc�s � la culture19 " et Marc Fumaroli " l'art....demande la pers�v�rance20 " La capacit� du Lang de, comme son ami Antoine Vitez a dit " cr�er des �v�nements plut�t que des �uvres21 " a signifi� les 2 mandats langiens �taient caract�ris�s par une continuation d'une culture plut�t " pour tous " que " par tous ". Mots : 3.126 Bibliographie The Politics of Fun: Cultural Policy and Debate in Contemporary France, David L. Looseley, Berg Publishing 1997 The Politics of Cultural Policy in France: Kim Eling, Palgrave Publishing, 1999 Les Politiques Culturelles en France, �dit� par Philippe Poirrier, La Documentation Fran�aise, 2002 Dictionnaire des Politiques Culturelles de la France depuis 1959, �dit� par Emmanuel de Waresquiel, Larousse/CNRS, 2001 Les Fran�ais face � la Culture, Olivier Donnat, La D�couverte, 1994 1 The Politics of Fun: Cultural Policy and Debate in Contemporary France, D. Loosely, (Berg Publishers, 1997), p36 2 Les Politiques Culturelles en France, P. Poirrier, (La Documentation Fran�aise, 2002) p, ????? 3 Looseley, 1997, p51. 4 Poirrier, 2002, p384 5 Ibid, p.384 6 Ibid, p384 7 Ibid, p390 8 The Politics of Cultural Policy in France, K. Eling (Palgrave Publishing, 1999), p. 152 9 Ibid, p.158 10 Ibid, p.157 11 Ibid, p. 162 12 Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Emmanuel de Waresquiel (Paris/Larousse 2001), p. 356 13 Eling, 1999, p. 18 14 Looseley, 1997, p. 97 15 Ibid, p.141 16 Poirrier, 2002, p. 385 17 Ibid, p. 402 18 Looseley, 2002, p120 19 Ibid, p. 216 20 Ibid, p. 218 21 Ibid, p. 80 ...read more.

The above preview is unformatted text

This student written piece of work is one of many that can be found in our AS and A Level French section.

Found what you're looking for?

  • Start learning 29% faster today
  • 150,000+ documents available
  • Just £6.99 a month

Not the one? Search for your essay title...
  • Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

See related essaysSee related essays

Related AS and A Level French essays

  1. Peer reviewed

    Quest-ce que constitue un bon film dans votre opinion? (what makes a good film ...

    4 star(s)

    C'est une n�cessit� dans les films ; si c'est un film d'action, ou un film d'horreur, ils devront avoir une bonne cont.

  2. "Le Petit prince" Le livre est crit par Antoine de Saint-Exupry

    Et puis, le pilote a red�marr� et rentra chez lui, et chaque fois quand il regarde les �toiles, il pensera au petit prince et ses sourires. 3.2 Les personnages Le narrateur : Le narrateur est un pilote, il a dit l'histoire de l'amiti� entre le petit prince et lui.

  1. valuez et comparez les avis de deux personnes qui taient tmoin de la rvolution

    nous ne devons pas nous laisser r�gner par les gens du commun . Mon nom est Jean Renard et je travaille � une ferme dans les p�riph�ries de Paris. Travailler et vivre pr�s de Paris signifie que je dois donner la majeure partie de mon salaire loin pour des imp�ts.

  2. valuez le thme de l'amiti dans 'Les Quatre Cents Coups' et 'Jules et Jim'

    * Leur rapport reste fort m�me lorsque Cath�rine continue � les chambarde en s�duisant Jules et en introduisant un autre homme, Albert, � la triangle de l'amour. Cette triangle de l'amour est �vidente de la mani�re que le film a �t� film�e.

  1. Quel sont les dangers de boire trop dalcool? A votre avis, quest-ce que ce ...

    Au demeurant, on trouve que malheureusement un nombre croissant des jeunes se tournent sur l’alcool pour se détresser. Cependant, en raison des conséquences susmentionnés cela saute aux yeux ce n’est pas une solution durable. Donc, il est question en discuter et on doit suggère des autres moyens de se détresser pour protéger leurs santés mentales et physiques.

  2. Durant le mois de septembre, jai eu lopportunit de travailler aux bureaux de loffice ...

    J’ai aussi eu l’opportunité de rédiger un fascicule décrivant les multiples randonnés dans la ville et essentiellement dans la région, c'est-à-dire décrire l’itinéraire, mentionner les lieux d’intérêts et citer les principales caractéristiques des circuits. Cette brochure sera publiée en français, allemand et néerlandais.

  1. The Stranger - Albert Camus. Jai lu le passage attentivement. Le titre est ...

    Mais si on prend juste en contexte la situation de ce proc�s, Meursault est vraiment l'antih�ros, mais il ne r�alise pas �a car il est tellement expos� au monde ext�rieur. Le noyau est la sinistralit� et l'hypocrisie de la soci�t� en vers Meursault.

  2. Free essay

    Le livre d'Eli. Mme si les lieux sont corrompus, il est clair quEli ...

    Il croit que les paroles de la Bible seront la cl� pour obtenir des pouvoirs. Seuls les anciens survivants de l'holocauste savent lire. Carnegie voit la Bible comme un outil qu'il pourra utiliser � courir l'esprit des faibles et des d�sesp�r�s.

  • Over 160,000 pieces
    of student written work
  • Annotated by
    experienced teachers
  • Ideas and feedback to
    improve your own work