• Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

Gographie 3e Partie Des mondes en qute de dveloppement. Questions and answers.

Extracts from this document...

Introduction

G�ographie - 3e Partie - Des mondes en qu�te de d�veloppement Chapitre 1 : Unit� et diversit� des Sud Introduction Lecture doc.3 de la fiche. - dans les ann�es 1960, le PIB moyen par habitant de la plupart des pays �tait relativement proche de la moyenne mondiale ; il existait donc une certaine homog�n�it� dans la r�partition des richesses - en ce d�but de XXIe si�cle, on constate un �cart marqu� et m�me croissant entre pays d�velopp�s, les Nord, et les pays les moins avanc�s tandis qu'une partie des Sud (pays �mergents) s'est rapproch�e des pays du Nord. - de fait, les PED constituent eux-m�mes un groupe de plus en plus h�t�rog�ne en raison notamment de leur insertion in�gale et plus ou moins r�ussie dans la mondialisation. Les �carts entre �tats du Sud sont de plus en plus nets et s'accroissent depuis un quart de si�cle. Des �tats ont un taux de croissance �conomique rapide (+ 6-8 %/an) tandis que d'autres stagnent et m�me reculent (�volution n�gative du PIB/hab.). - � cela s'ajoute des in�galit�s croissantes � l'int�rieur des Etats du Nord comme du Sud. Prb : � l'�chelle mondiale, peut-on encore parler d'un Sud ? I. Un monde in�galement d�velopp� A. Qu'est-ce que le d�veloppement ? La notion de d�veloppement est fondamentale pour comprendre le monde actuel. Un pays d�velopp� est un pays dans lequel les besoins essentiels de la population �tant satisfaits, celle-ci conna�t un certain bien-�tre physique et moral. Pour pouvoir am�liorer ses conditions de vie, cette population a b�n�fici� d'une redistribution des richesses dans un contexte politique stable fond� sur les grands principes d�mocratiques. B. Comment mesure-t-on le d�veloppement ? Carte 3 p.261. Le RNB ou PIB/hab PPA (parit� de pouvoir d'achat) nous renseignent sur la richesse moyenne des habitants d'un pays mais ne rendent pas compte de comment les richesses sont distribu�s dans ce pays. En 2005, le Luxembourg est au 1er rang mondial avec 80471 dollars/hab/an ; le Burundi est le dernier pays class� avec 680 dollars/hab/an. ...read more.

Middle

Dans leur espace proche, ils sont souvent des puissances regionales. On peut citer le Mexique ou le Br�sil, l'Afrique du Sud, la Turquie, la Tha�lande, l'Indon�sie ... Vid�o Dessous des cartes sur le Mexique - DVD3-4 28/02/2006 - 11e puissance mondiale (devant l'Espagne depuis peu), le plus fort PIB/hab (nominal) de l'Am�rique latine (55e mondial ; Br�sil :65e ) avec plus de 8000 dollars/an/hab Cpt, Mexico concentre 50 % de l'activit� �conomique avec un PIB/hab de 22000 dollars - d'autres Etat comme Nuevo Leon (Monterrey) s'en sortent aussi bien : 13000 dollar - des Etats en marge : Guerrero, Oaxaca et Chiapas entre 3000 et 4000 dollars. Le Chiapas : un territoire marginalis� avec analphab�tisme, maladies... Deux �tats �mergents particuliers - ils sont � mettre � part � cause de leur taille et de leur population d�passant un milliard d'habitants : l'Inde (1,1 Md hab.) et la Chine (1,3 Md hab.). Leur croissance est rapide (6-8 %/an) Ce sont des puissances r�gionales. - l'Inde est tr�s contrast�e entre mis�re et ing�nieurs informaticiens... Vid�o DDC sur l'Inde - les progr�s fantastiques de la Chine depuis 30 ans. Le r�gime communiste a mis sur un capitalisme sans entrave tir� par l'ampleur du march� int�rieur et le choix d'un d�veloppement extraverti. Elle est devenue un sous-traitant et un producteur industriel pour les Nord qu'elle envahie de produits bon march� et de qualit� (des jouets aux ordinateurs en passant par les textiles et les appareils audio-visuels). Certaines soci�t�s capitalistes chinoises ont atteint l'�chelle internationale et investissent dans la Triade. C. Les �tats en " situation interm�diaire " - beaucoup d'�tats du Sud sont ainsi qualifi�s, regroupant des �tats � l'IDH moyen, aux productions industrielles modestes et limit�es, souvent vendeurs de mati�res premi�res (p�trole, minerais, produits agricoles). - le d�veloppement est souvent tr�s fragile. Les retards sociaux sont nombreux : analphab�tisme, insuffisances sanitaires, travail des enfants, etc ... - les situations sont en r�alit� tr�s diff�rentes d'un �tat � l'autre en fonction de leur taille, de leur population, de leur insertion dans la mondialisation. ...read more.

Conclusion

pays), mais aussi les " corti�os " (sortes de favelas verticales : immeubles d�grad�s, insalubres, subdivis�s entre des familles pauvres de plus en plus nombreuses) * D'autre part, la multiplication des bidonvilles (" favelas "), quartiers d'habitat pr�caire et spontan� : maisons auto-construites situ�es en p�riph�rie ou dans les espaces laiss�s libres (� proximit� des voies ferr�es, des autoroutes ou des a�roports, sur les pentes comme � Rio), souffrant d'un manque d'�quipements collectifs (eau, �lectricit�, �gout, voierie, ...). Sao Paulo compte 2 millions de pauvres avec le nombre de favelas qui a �t� multipli� par 10 entre 1970 et 1990. - r�putation tr�s n�gative des villes br�siliennes qui nuit au tourisme et aux investissements. Le taux de criminalit� y est parmi les plus �lev� du monde. Cependant, il n'y a pas de guerre sociales entre riches et pauvres : la violence se concentrent dans les quartiers pauvres, produit de la mis�re et d'une culture de la violence. Le gouvernement de Lula contre ces violences, par la campagne de d�sarmement de la population lanc�e en 2003 par l'arm�e. Conclusion - le Br�sil associe � la fois la puissance et les in�galit�s tr�s marqu�es � toutes les �chelles - Lula da Silva �lu pr�sident en 2003 a quitt� le pouvoir en 2011 avec un bilan jug� extr�mement positif ; d�sign� personnalit� de l'ann�e en 2009 par le journal Le Monde, il est class� l'ann�e suivante par le Time comme le dirigeant le plus influent au monde. Le Br�sil est candidat � un poste au Conseil permanent de s�curit� de l'ONU - de fait, des mesures importantes ont �t� prises pour lutter contre la pauvret� : programme Faim z�ro, allocations familiales, hausse du salaire minimum, soutien aux personnes �g�es. Cela a contribu� � faire reculer la pauvret� : en 2003, 17.5 % � 10.5 % en 2008. - Cpt, ces r�sultats sont essentiellement dus � la croissance mais il n'y pas eu assez de r�formes de structures. Persistance d'une extr�me pauvret� et les in�galit�s se sont accrues. ...read more.

The above preview is unformatted text

This student written piece of work is one of many that can be found in our International Baccalaureate Languages section.

Found what you're looking for?

  • Start learning 29% faster today
  • 150,000+ documents available
  • Just £6.99 a month

Not the one? Search for your essay title...
  • Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

See related essaysSee related essays

Related International Baccalaureate Languages essays

  1. Lacoste - nous nous demanderons jusqu' quel point l'entreprise Lacoste a t-elle put matriser ...

    Ce dernier avait d�j� lanc� la marque de sous-v�tements Jil. Par cette association, A.Gillier se charge de la fabrication et de la commercialisation tandis que R.Lacoste veille sur la marque et le style des produits vendus. Ensemble, ils cr��rent alors une soci�t�, " La Chemise Lacoste ", d�tenue par les deux hommes � parts �gales.

  2. MARKETING MIX CA HEINEKEN TI TH TRNG VIT NAM:Heineken marketing strategies

    T�t ca c�c gi�m d�c t�i ch�nh se b�o c�o voi bo truong t�i ch�nh.T�t ca Ban ch�p h�nh v� quan l� c�c thay d�i se c� hieu luc tu ng�y 01 th�ng muoi nam 2005. B�nh luan v� nhung thay d�i, Thony Ruys, Chu tich Ban ch�p h�nh cho

  1. Techniques and Artistry used in Les Belles Soeurs

    This technique is referred to as using Joual, the "common name for the linguistic features from Quebec French thta is associated with the working class, those receiving public assistance and even some Quebec Nationalists."1 In using language that the majority of the Quebec population could be comfortable with, Tremblay is

  2. Analysis of Asterix in Spain. Le titre du rcit que jai lu est ...

    Mon personage pr�f�r� est C�tautomix parce qu'il reste �gal � lui-m�me, c'est � dire une brute �paisse au raffinement certainement bien cach� qui ne communique avec ses cong�n�res qu'en tapant, et j'aime aussi � de ses critiques peu constructives qui n'ont pas fini d'agacer Assurancetourix .("Non, tu ne chanteras pas!"), Agecanonix ("Vieux d�bris!").

  1. Les Gaulois. Nomades et de culture orale, les Gaulois ont longtemps t mconnus ...

    Cette charge est h�r�ditaire mais n�cessite de surcro�t un long apprentissage. - Les guerriers : l'accession au statut de guerrier est �galement h�r�ditaire mais suppose surtout la capacit� d'acqu�rir un �quipement on�reux : "une grande �p�e suspendue au c�t� droit, un bouclier allong� de grandes dimensions, de longues piques, et

  2. Ducle et Decorum Est

    The next paragraph is a further add-on, where it again haunts the reader where in Owens's "helpless sight", and these men "plunges" towards him, "guttering, choking, drowning." These men plunge (again a reference to the imagery of drowning) and are suffering so badly as in the neat use of three

  1. French translation. Les troubles du sommeil sont vcus comme une grande injustice.

    " Rester �veill� pendant que les adultes dorment ! Il n'existe pas de meilleur moyen pour transgresser, r�sume Daniel Marcelli, psychiatre. Les ados cherchent � retarder l'endormissement et s'inventent de bonnes raisons pour ne pas aller se coucher. Si, en plus, les parents sont � cheval sur les horaires, se priver de sommeil devient un fa�on de se valoriser.

  2. Biology lab. Pour cette exprience, je pose lhypothse quen moyenne lcart entre la longueur ...

    Matériaux et méthode Les matériaux suivants sont utilisés durant l’expérience: 1. Une règle de 30 cm graduée au millimètre près 2. Une feuille mobile 3. Un stylo 4. Un échantillon de 10 filles nées en 1995 5. Un échantillon de 10 garçons nés en 1995 Pour mesurer la longueur des pieds des élèves, les étapes suivantes sont effectuées.

  • Over 160,000 pieces
    of student written work
  • Annotated by
    experienced teachers
  • Ideas and feedback to
    improve your own work