• Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

Romeo et juliette analyse d'une tragdie

Extracts from this document...

Introduction

Les amoureux croient toujours que le Destin s'occupe de leurs affaires, que tout qui s'est d�roul� dans le monde jusqu'� pr�sent s'est d�roul� pour qu'eux, les amants, ont pu se rencontrer. On dit que l'art refl�te la vie, et � travers les si�cles les artistes ont cherch� � communiquer cette fatalit� chez les amoureux. La litt�rature, peut-�tre plus que les autres arts, s'est occup� de cela, et dans Kamouraska de Anne H�bert et Rom�o et Juliette de William Shakespeare ce th�me est explor� profond�ment. Ces �uvres ont �t� �crites dans des styles tr�s diff�rentes, dans deux langues diff�rentes, avec un �cart de cinq si�cles, mais il y a un th�me commun � tous les deux : le th�me de l'amour, et de la fatalit� de l'amour. La fa�on dont les auteurs ont �labor� le th�me du destin est diff�rente dans chaque �uvre, et l'objectif du travail pr�sent� ici est d'�lucider et de comparer les fa�ons dont ce th�me a �t� achev�. Pour y arriver, je vais commencer par traiter du style de chaque �uvre de fa�on g�n�rale pour permettre d'�tablir un contexte, et ensuite me concentrer sp�cifiquement sur le th�me de la fatalit� dans chaque �uvre. Rom�o et Juliette est une pi�ce de th��tre, une trag�die, et elle conforme aux r�gles g�n�rales du genre, c'est-�-dire que l'audience conna�t la fin de l'histoire avant qu'elle ne commence, et que les personnages principaux semblent parfois s'en douter de ce qui leur attend. ...read more.

Middle

Dans les deux �uvres, comme dans toute trag�die, la fin est connue d�s le d�but : le r�cit terminera avec la mort. Il est in�vitable que cette connaissance cr�e une atmosph�re de fatalit�, mais Shakespeare et H�bert ont d�velopp� cette atmosph�re de fa�ons tr�s diff�rentes. Dans Rom�o et Juliette, la pr�figuration est une technique beaucoup utilis�. Elle prend deux aspects diff�rents, la pr�figuration dans les prologues, qui est vis�e directement � l'audience, et le pressentiment par les personnages eux-m�mes de leur destin fatal. Les prologues donnent les grandes lignes de l'histoire � l'audience, pour cr�er une impression d'un d�roulement imparable d'�v�nements vers la trag�die finale par des lignes directes telles que : " sous des �toiles contrari�s, un couple d'amoureux / Dont la ruine n�faste et lamentable / Doit ensevelir dans leur tombe l'animosit� de leurs parents. ". Parmi les personnages, Rom�o et Juliette sont les plus enclins aux pressentiments. Avant de se rendre au bal o� il rencontrera Juliette, Rom�o dit : " Mon �me pressent qu'une am�re catastrophe, encore suspendue � mon �toile, aura pour date funeste cette nuit de f�te, et terminera la m�prisable existence contenue dans mon sein par le coup sinistre d'une mort pr�matur�e. " (p. 168) La structure narratrice elle-m�me contribue � l'atmosph�re de fatalit�. L'histoire semble d�rouler avec un hasard malchanceux en contr�le des �v�nements. ...read more.

Conclusion

Il y a un concept double du destin : le destin dans le r�cit, menant vers le meurtre, et le destin dans ce r�cit du r�cit, menant vers l'acceptation de sa culpabilit� par la narratrice. Elle parle toujours de l'horreur qui vient : " Cela ne fait que commencer. Le pire n'est pas encore arriv�. " (p.104) mais �galement de sa m�moire qui l'entraine : " Ma vie enti�re doit se d�rouler � nouveau, sans que je puisse intervenir. " (p. 186). Les m�thodes utilis�es dans l'�tablissement du th�me de la fatalit� sont diff�rent dans chaque �uvre, mais leur outil principal est le m�me : la connaissance que le r�cit se termine avec la mort. Cependant, cette connaissance chez le lecteur est utilis�e de diff�rentes fa�ons dans Kamouraska et Rom�o et Juliette, dans l'un pour souligner la culpabilit� r�prim�e de la narratrice et sa terreur face � ses propres m�moires; dans l'autre, pour jouer sur les sympathies du lecteur, pour lui r�duire � larmes lors de la sc�ne finale et la mort des amants. Les �uvres sont tous les deux des trag�dies, mais leurs effets sont plut�t diff�rents. R�f�rences SHAKESPEARE, William. Rom�o et Juliette. Traduction de Fran�ois-Victor Hugo. Paris : Garnier-Flammarion, 1964 H�BERT, Anne. Kamouraska. �ditions du Seuil, 1970. ?? ?? ?? ?? ...read more.

The above preview is unformatted text

This student written piece of work is one of many that can be found in our International Baccalaureate Languages section.

Found what you're looking for?

  • Start learning 29% faster today
  • 150,000+ documents available
  • Just £6.99 a month

Not the one? Search for your essay title...
  • Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

See related essaysSee related essays

Related International Baccalaureate Languages essays

  1. EE(danish):Festen, af Thomas Vinterberg & Kunsten at grde i kor, af Peter Schnau Fog: ...

    til mor og far og siger, "mor og far, bedstefar har h�ngt sig i k�lderen" - s� l�ber de ned i k�lderen men de finder ikke nogen, " lille peter det m� du aldrig sige s�dan noget" - S� svarede lille peter " aprils nar, aprils nar bedstefar har h�ngt sig p� loftet!"

  2. Lacoste - nous nous demanderons jusqu' quel point l'entreprise Lacoste a t-elle put matriser ...

    Avec le temps, et notamment suite � de nombreux changements sociaux, tels que la d�mocratisation du sport ou la lib�ration de la femme, Lacoste devient aussi une marque beaucoup plus "sportwear". De plus, elle agrandie son c�ur de cible s'int�ressant ainsi aux femmes et aux enfants.

  1. Le march chinois et Danone ont, pendant trs longtemps, suivis un dveloppement parallle, cest--dire ...

    Selon Franck Riboud, " mieux vaut investir l� o� nous avons tout � construire plut�t que dans des pays o� nous nous retrouverions en comp�tition frontale ". C'est pourquoi Danone vise principalement le march� chinois, o� la concurrence est moindre, plut�t que le march� am�ricain par exemple.

  2. Notre Dame de Paris par Victor Hugo. Rsum de luvre

    Ils sont chass�s par les hommes de Phoebus qui n'�tait pas mort. Frollo s'empare d'Esm�ralda qui essayait de fuir, la fait garder sur la place de Gr�ve par la vieille Sachette, qui reconna�t en elle sa fille, autrefois vol�e par des boh�miens et tente d�sesp�r�ment de la sauver.

  1. French letter. Ceci est une rponse la www.ancestry.com nouveau site web. J'ai ...

    Nous enverrons �galement un kit de proc�dure et d'instruction qui a �tapes sur la fa�on d'utiliser le site pour construire un arbre g�n�alogique, trouver de l'information manquante, etc Mon conseil pour vous et menuisiers nouvelle est d'envoyer un courriel � un de nos r�dacteurs ou membres si vous ne recevez

  2. L'etranger chapitre 2 et 3

    Ca c'est possible � cause de la narration d'auteur qui utilise la narration de la premi�re personne (Meursault) pour montre l'histoire. De plus, il n'est pas moral ou immorale, mais d'apr�s soci�t�, il doit montrer son tristesse sur la mort de sa m�re.

  1. La famille Trueba du roman "La Maison aux Esprits" n'aurait pas connu le mme ...

    �videmment cet �v�nement a un profond effet sur Jaime puisqu'il est priv� de sa vie. Ensuite, la politique cause une autre forme de douleur humaine chez la famille Trueba sous la forme de la torture. Dans le chapitre XIV, "L'heure de v�rit�" Alba est kidnapp�e par le militaire en dictature et est emmen�e en prison pour avoir trahi au gouvernement.

  2. En quoi le duel intellectuelle et rhtorique contribue t-il a la sduction entre Darcy ...

    » (Ch6) Une fois n’est pas coutume, l’orgeuil de Elizabeth lui portera prejudice suite a une reflexion sarcastique de darcy durant le bal de leur rencontre et tombera dans le piege des prejuges, malgre totu son bon sens. Deux personages au caractere fort et plein d’orgeuil.

  • Over 160,000 pieces
    of student written work
  • Annotated by
    experienced teachers
  • Ideas and feedback to
    improve your own work