• Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

francais publicite

Extracts from this document...

Introduction

I. D�finitions techniques 1. Coeur de cible Sous-ensemble d'une cible de communication compos� des utilisateurs les plus importants, ayant le plus grand potentiel d'achat ou �tant des leaders d'opinion. Source : Publicitor, Th�orie et pratique de la communication, Editions Dalloz, Paris, 6�me �dition, 2004 2. Positionnement Mise en valeur d'un produit/service/id�e par rapport � ses concurrents par l'expression de diff�rences objectives ou imaginaires d�sir�es par la client�le. Source : http://www.museedelapub.org/, samedi 26 novembre 2005, 16h21 3. Promesse-Annonceur Formuler de mani�re inspirante, ce que la marque ou le produit proposent � leurs consommateurs. Source : Publicitor, Th�orie et pratique de la communication, Editions Dalloz, Paris, 6�me �dition, 2004 4. Support de la promesse El�ment fourni aux cr�atifs dans une copie strat�gie pouvant servir � soutenir une promesse. Source : Publicitor, Th�orie et pratique de la communication, Editions Dalloz, Paris, 6�me �dition, 2004 5. B�n�fice-Consommateur Plus, avantage pour le consommateur mis en avant par la publicit�. Source : http://www.museedelapub.org/, samedi 26 novembre 2005, 16H15 6. Th�me Sujet, id�e sur lesquels portent une r�flexion, un discours, une �uvre, autour desquels s'organise une action. Source : Publicitor, Th�orie et pratique de la communication, Editions Dalloz, Paris, 6�me �dition, 2004 7. Ton Mani�re de parler significative d'un �tat d'esprit, d'un sentiment, ou adapt�e � une situation. Source : Le petit Larousse illustr�, �dition Larousse, 1992, Paris 8. Motivation d'achat Facteur d�terminant le comportement d'un individu et qui le pousse � effectuer un achat. Source : http://www.museedelapub.org/, samedi 26 novembre 2005, 16H19 II. Sources des publicit�s relev�es Publicit� n� Sources 1 VOGUE, " A Conde nast publication ", n� 12, d�cembre 2004 - page 28 2 BIZZ, n� 58, juin 2005, page 41 3 BIZZ, n� 54, f�vrier 2005, page 43 4 AD, " Architectural Digest. Architecture, decoration, arts, design ", n� 32, Mai 2003, page 27 5 AD, " Architectural Digest. Architecture, decoration, arts, design ", n� 32, Mai 2003, page 33 6 AD, " Architectural Digest. ...read more.

Middle

4. Accroches * Maslow1 : La publicit� tente d'atteindre notre besoin d'estime qui se situe � l'avant-derni�re phase de la pyramide. Cette publicit� fait �galement r�f�rence � notre besoin d'appartenance. En effet, l'annonceur souhaite que le consommateur s'identifie � Cindy Crawford ou � la cat�gorie de femmes qu'elle repr�sente. * Marshall2 " La publicit� se pr�sente sous une forme pseudo-technique ; c'est la voix de la fausse bonne conscience de ceux qui ach�tent en r�alit� ces produits pour leur signification psychologique ou sociale, pour l'image de soi au travers de ces produits ". Proc�der � l'achat du produit serait une assimilation � Cindy Crawford. * Durkheim " Le consommateur vit en interaction avec d'autres personnes. Il appartient o� il cherche � appartenir � un ou plusieurs groupes. Ce sont les groupes qui d�terminent, en partie, le comportement et les attitudes de chacun de leurs membres .Et le groupe a des normes auxquelles le consommateur se conforme ". En effet, cette publicit� veut transmettre le message que nous appartiendrons � la m�me classe que Cindy Crawford si nous poss�dons cette montre. 5. D�veloppement du (des) th�me(s), ton(s) et des motivations d'achat * Th�me * Estime de soi Om�ga propose l'�l�gance, le charme et le luxe d'une montre de qualit� pr�vue pour une client�le de luxe ; ce type de produit n'est pas accessible � tous. En effet, seulement une partie de la population peut se permettre de s'offrir un tel produit. * Accomplissement de soi Cindy Crawford �tant le mod�le repr�sentant le bijou, cela permet aux utilisateurs de s'identifier � ce mannequin et m�me de se sentir aussi belle qu'elle. Il y a donc une volont� de se faire plaisir " � tout prix ". Le produit port� par Cindy Crawford propose donc un " plus " aux utilisateurs, un accessoire qui leur permet de parfaire leur tenu et de cette mani�re les aider � se sentir mieux. ...read more.

Conclusion

Roularta Media est la r�gie publicitaire nationale pour toutes les publications de Roularta Media Group. L'activit� principale de la r�gie consiste � approvisionner les magazines en publicit�s. Les clients se trouvent dans les agences de publicit�, les centrales m�dias et chez les annonceurs. On peut retrouver dans leurs clients des magazines comme Knack, T�l�pro, Sport Magazine ou Bizz. Le tarif publicitaire pour une page " quadri " A4 dans le magazine " Le vif l'Express " est de 6900 � pour l'ann�e 2004. Ce prix d�pend de 3 facteurs : la taille de la publicit�, son emplacement et le magazine. Tout d'abord, la page quadri est le format standard dans un magazine mais le prix pour une page double sera multipli� par 2, dans le cas du " vif l'express " son prix sera alors de 13.800 � HTVA. Ensuite le prix, varie selon l'emplacement dans le magazine. Le prix sera plus cher si l'annonce se trouve en couverture ou sur les pages int�rieures qui suivent. Le prix sera aussi plus �lev� si la publicit� se trouve dans la premi�re moiti� du magazine, face � une page de texte ou sur une page de droite. Le dernier facteur est le magazine. En effet, les variations de prix d'un magazine � un autre sont dues � la cible du magazine. Dans le cas du " vif l'express ", le magazine s'adresse principalement aux hommes et aux femmes de classes sociales sup�rieures. Le lecteur a g�n�ralement b�n�fici� d'une formation sup�rieure et il s'agit le plus souvent d'un actif. Le lecteur du " vif l'express " consacre une bonne partie de ses loisirs � la culture. La cible a donc un revenu et un pouvoir d'achat tr�s �lev�, cette donn�e fait alors augmenter le prix de l'annonce. En comparaison, le magazine T�l�pro vise la famille nombreuse et active. Leurs revenus sont moins �lev�s, ce qui rend le prix de la publicit� plus bas. 1 Publicitor (r), Lendrevie - De Baynast, Dalloz, 6�me �dition ; page 43 2 Publicitor (r), Lendrevie - De Baynast, Dalloz, 6�me �dition ; page45 ...read more.

The above preview is unformatted text

This student written piece of work is one of many that can be found in our University Degree French section.

Found what you're looking for?

  • Start learning 29% faster today
  • 150,000+ documents available
  • Just £6.99 a month

Not the one? Search for your essay title...
  • Join over 1.2 million students every month
  • Accelerate your learning by 29%
  • Unlimited access from just £6.99 per month

See related essaysSee related essays

Related University Degree French essays

  1. Laudit de la communication corporate sur Internet, les dimensions informationnelle et ergonomique sont-elles dissociables ...

    la plupart des autres compagnies a�riennes, l'entreprise ne donne pas des informations sur son profil et ses partenaires. Elle se contente de rappeler quelques �v�nements qui ont marqu� son histoire. Cela n'aide pas les internautes � mieux conna�tre l'entreprise. Le site ne contient pas, par ailleurs, des informations sur les activit�s de la compagnie en mati�re de commandite et d'environnement.

  2. Le ptrole de sa dcouverte nos jours

    Avec l'invention de la lampe � huile, le p�trole a tr�s vite �t� consid�r� comme une ressource utile pour toute soci�t� en d�veloppement. Seulement, avec l'invention de l'ampoule �lectrique en 1878, et donc le d�clin de la lampe � p�trole, l'impacte du p�trole dans la soci�t� pris alors une place secondaire en terme d'importance.

  1. Les marchs et la crise. Le libralisme et ses solutions face la ...

    L'histoire prouve parfois que oui, en effet, suite au jeudi noir et au crack boursier de 1929, l'�tat joua un r�le indispensable dans la reprise �conomique. L'�tat jouerai donc un r�le important pour combler les carences du march�, souvent non autonome.

  2. Etude stratgique Toyota. Quels sont les points forts de Toyota ? Sur quels marchs ...

    pour l'�quipement de stockage tels que les syst�mes de transport, stockage et la r�cup�ration de biens. Quelques produits d�velopp�s : - Chariots �l�vateurs - Chariots de magasinage - Plateformes de travail a�rien - Automatisation de syst�mes de stockage et de r�cup�ration - V�hicules autoguid�s Cette division repr�sente 31.3 % des

  1. Le Systme dinformation organisationnel : perspectives dvaluation du systme dinformation de contrle de gestion ...

    - Niveau 5 : L'objet d�cide de son activit�. Il passe d'un comportement th�orique pr�visible � un comportement libre et appara�t dot� d'un objet. C'est l'�mergence d'un processeur d�cisionnel autonome. Il est capable d'interpr�ter des situations et de d�cider des actions � conduire. - Niveau 6 : L'objet a une m�moire.

  2. French literature. La faon dont lamour a t reprsent travers les ges

    son cœur,”Contre mon propre honneur mon amour s’intéresse, Il faut venger un père et perdre une maitresse.” A la fin de la pièce, lorsque le roi (Don Fernand) intervint, donne à l'histoire d'amour une fin heureuse, explique l’harmonie possible d'honneur, de la responsabilité et des avantages personnels et de bonheur.

  1. Lorenzaccio - Commentaire partir d'une citation de Loc Chotard

    Parmi les deux genre théâtraux confrontés dans Lorenzaccio, la famille Strozzi est représentative de l'esthétique classique : nobles représentants républicains, respectés et admirés, les Strozzi constituent en quelque sorte l'élite culturelle de Florence. De par le rôle qui lui est assigné par l'auteur, Philippe Strozzi a une fonction capitale.

  2. Impact de la logique dinnovation sur le choix du business model par un entrepreneur.

    qui rassemble les « principes directeurs proposés pour le recueil et l'interprétation des données sur l'innovation technologique » propose la définition suivante: « On entend par innovation technologique de produit la mise au point/commercialisation d’un produit plus performant dans

  • Over 160,000 pieces
    of student written work
  • Annotated by
    experienced teachers
  • Ideas and feedback to
    improve your own work